°°°

°°°

PUBLICATION AUX PRESSES DU RÉEL en avril !

Rechercher dans ce blog

vendredi 20 février 2009

tetsumi kudo

"Tetsumi Kudo, portrait de l’artiste dans la crise". Rétrospective à la Maison rouge, Paris. Publié dans Art press n° 331, février 2007.

Disparu en 1990, à l’âge de 55 ans, l’artiste japonais Tetsumi Kudo n’est pas très connu en France. Ses performances et ses objets excentriques ne facilitent pas l’approche. Éprouvant le besoin d’ « observer biologiquement et comparer les deux sociétés » (1), Kudo vécut à Paris pour être à distance du Japon, sans vraiment s’intégrer, sans parler un mot de français. Très vite, il exposa pourtant dans les galeries les plus en vue : Raymond Cordier, galerie J., Mathias Fels… il fut présent à la Biennale de Paris, au salon de Mai mais aussi à Düsseldorf, Köln et Gand. À ses yeux, le Japon était un laboratoire d’expérimentation et les Japonais des cobayes sur qui on avait testé la radioactivité après Hiroshima, le développement informatique des mass media et la pollution industrielle liée à la croissance économique. Aujourd’hui, à l’ère de la biotechnologie et du catastrophisme écologique, son œuvre apparaît comme un cri d’alarme –ou plutôt comme un ricanement prophétique.

« Communiquer en utilisant le grotesque »
Connaissez-vous Votre portrait-bonheur ? Imaginez un aquarium rempli d’algues en plastique et de poissons aux formes phalliques, le tout associé à l’effigie monstrueuse de l’écrivain Eugène Ionesco tendant un brin de muguet. Il s’agit d’un des nombreux portraits charge de l’auteur de la Cantatrice chauve en qui Kudo voyait une « statue à déboulonner, le symbole d’une société en perdition qui ne peut accepter ni la société technologique ni s’en passer ». Pourtant, en 1950, son anti-théâtre (comme celui de Beckett et d’Adamov) reposait sur un esprit d’opposition systématique : il rejetait les modèles du passé, les liens de causalité, le psychologisme et développait une franche hostilité envers le public. Kudo n’a pas vu les pièces de Ionesco. Il est probable qu’il n’ait jamais ouvert un texte de cet auteur. À travers lui, il attaque les visées de l’avant-garde lorsqu’elles sont récupérées et réduites à néant. Or c’est précisément le caractère inéluctable de cette évolution qui donne un profond sentiment d’absurdité et transforme la violence oppositionnelle de Kudo en provocations grotesques. Tout comme la technologie et la pollution, l’art est déterminé par des instances qui le dépasse. Dans ce jeu de forces, l’artiste n’est jamais qu’un cobaye qui se croit doué de libre-arbitre. L’art de Kudo est donc un art volontairement caricatural qui nous parle de nature et de culture avec du gazon et des fleurs en plastique, de technologie avec des thermomètres, des transistors et des tubes à vide.

Votre portrait
« Mon Ionesco tenant un pot de fleurs en fixant le sexe qui y pousse, c’est aussi vous », affirme-t-il. Au cœur de la "libération sexuelle" qui caractérise les années 1970, Kudo tend un miroir déformant à la société phallocratique et à l’égocentrisme occidental : « Je considère qu’il n’existe pas autre chose que le symbole du sexe masculin détaché du corps pour symboliser la décomposition de la dignité humaine. Le sexe féminin est si naturel. Par contre le phallus semble artificiel et très comique par son aspect comme par sa fonction ». « Comique et adorable », le sexe mâle dégoulinant de peinture fluorescente envahit les cages à oiseaux dès 1965. Le petit oiseau ne peut sortir mais il se prélasse sur un perchoir ! Deux ans plus tard, lors de l’exposition « Instant sperm » à la galerie Fels, Pierre Restany peine à définir l’artiste. Il voit en lui un « Lautréamont beatnik », un « antiphilosophe », « un préparateur de laboratoire, un technicien du psychodrame » ! Kudo a élaboré un univers symbolique de carton pâte et d’objets en plastique, il a constitué un ensemble dérisoire, où sa propre effigie caricaturale - telle une tête à déboulonner dans un jeu de massacre - s’est substituée à celle de Ionesco (Portrait de l’artiste). Lors des happenings qui précédaient ses expositions, il est souvent apparu dans des boîtes cubiques remplies d’objets, assis en tailleur, vêtu de vêtements clairs (comme une ombre blanche après le souffle atomique) et dissimulé sous des lunettes de soleil.

Boîtes
L’image du cocon où l’homme est enfermé avec son cerveau hypertrophié et son corps fragmenté en petits morceaux fait partie de la mythologie de l’artiste (Votre portrait-chrysalide dans le cocon). « On ne peut se passer de « boîte » pour vivre. On naît dans une boîte (matrice), vit dans une boîte (appartement) et finit après la mort dans une boîte (un cercueil) », dit-il encore. Cette mise en scène du corps mécanique éclaté, du corps sans organes a parfois été rapprochée des écrits de Michel Carrouges ou de ceux d’Antonin Artaud. C’est, en tous cas, un univers schizophrénique axé sur la répulsion et la parodie qui aurait pu alimenter l’approche de Deleuze et Guattari dans L’anti-Oedipe. N’en déplaise à Didier Semin, avec Kudo, on est toujours plus proche des décors kitsch du train fantôme que du monde aseptisé de L’hiver de l’amour (2). Le langoureux baiser de deux têtes hydrocéphales fait penser aux objets de Malaval ou à l’atmosphère vieillotte des environnements de Kienholz bien plus qu’aux retouches photographiques d’Inez Van Lamsweerde ! L’amour ? Deux cœurs enfermés dans des cages, sous un parasol, près de deux chaises longues, l’une verte, l’autre rouge sur lesquelles sont projetées les ombres blanches de deux corps humains fondus (Votre portrait, 1966).

« Philosophie de l’impuissance »
En 1962, Kudo vient de s’installer à Paris. Il participe notamment à l’exposition « Pour conjurer l’esprit de catastrophe » (3) avec Philosophie de l’impuissance (une thématique (4) qu’il avait déjà exploitée au Japon). Lors du vernissage, le 27 novembre, Jean-Jacques Lebel est l’instigateur du tout premier happening collectif français, avec Jacques Gabriel et Erro. À cette occasion, Kudo se ficelle comme un saucisson et s’affuble d’une dizaine de phallus de sa fabrication. Face à lui, Erro est recouvert d’une des machines à fonctionnement érotique qui inspira son film Concerto mécanique pour la folie (1963). L’année suivante, toujours phagocyté, Kudo dévoile un autre aspect de sa philosophie (5) : cette fois, il est aux prises avec plusieurs membres virils, dont un de plus d’un mètre de haut ! Même Le Surmâle de Jarry n’avait pas osé. On pense à la provocante Jeune fille de Louise Bourgeois qui l’accompagna lors de sa séance photographique chez Mapplethorpe. Mais Kudo ne cherche certainement pas à repenser le rôle de la femme, même s’il demande à sa fidèle épouse Hiroko de repasser des verges de papier ! Il veut dénoncer le conditionnement social : nous sommes « des cobayes en cage » dirigés par un programme génétique ; « les comportements particuliers » (l’homosexualité, le fétichisme, le sexe virtuel) ne sont qu’ « un thermostat naturel pour régulariser l’accroissement démographique ». Kudo compare les comportements humains à ceux des insectes. On pense à Carsten Höller et à ses installations de laboratoire qui transforment le spectateur en sujet d’expérimentation. On pense à la Maison pour les porcs et les hommes où la confrontation entre le public de la Documenta et l’élevage porcin était réelle (6). Des deux côtés, homme et bête pouvaient s’adonner à l’observation. Le monde de Kudo est plus symbolique, plus introverti, mais tout aussi brutal dans ses présupposés.

« Détruire les dualismes européens »
On connaît son célèbre adage de 1977 : « Une tomate de serre et un "conceptual-artist à la mode", c’est la même chose ». Ce principe d’équivalence est synonyme de cultivation et de nouvelle écologie. Il s’agit toujours de montrer la métamorphose des cobayes humains dans une société qui a produit la bombe atomique, mais non de fuir la technologie. L’attitude de Kudo face à la science et au progrès était ambiguë. Rappelons qu’il réalisa des Peintures d’ordinateur en détournant, pour son propre usage, l’une des premières traceuses disponibles au Japon en 1970. En fait, la nouvelle écologie de Kudo a toutes les apparences d’une nouvelle mythologie grotesque : il entend réunir « l’homme décomposé » et « l’électronique » pour créer les « bourgeons d’une nouvelle plante » ! Avec Pollution-cultivation-nouvelle écologie (Grafed garden) l’artiste ne craint pas le loufoque : il plante différents parties du corps humain (phallus, mains, têtes) entre des fausses fleurs, le tout disposé dans de longs sillons bruns en plastique et surmonté d’appareillages qui font penser à des goutte à goutte. Malgré les récentes tentatives de rapprochement (7), on est assez loin des œuvres organiques de Michel Blazy qui induisent une dimension temporelle. Réalisées à partir de végétaux et de produits de l’industrie, ses « sculptures » sont vivantes et donc soumises à la dégradation et au pourrissement. Les caniches en mousse à raser de Blazy doivent être refaits régulièrement pour que la sculpture existe ! Kudo n’avait pas ce type d’humour. Même s’il recourait fréquemment à des couleurs criardes, il était très loin aussi des animaux et des plantes transgéniques fluorescentes d’Eduardo Kac ou des Cultures de peaux d’artistes du duo Art orienté Objet qui résultent de véritables recherches scientifiques dans le domaine du vivant. Kudo était un artiste singulier qui questionnait la génétique, les biotechnologies et la sexualité, tout en remettant en cause son statut de créateur « élevé » (ou « cultivé ») au Japon. Il ne créait pas de sculptures éphémères. Il élaborait des décors figés où les symboles phallliques étaient dominants. Impressionnés par ce travail, un producteur et un réalisateur allemands avaient justement demandé à l’artiste de confectionner les décors d’un film sur Ionesco. Le projet tourna court quand l’écrivain vit la teneur de ses œuvres (8) !

La lumière non perdue
À partir de 1978, les happenings beaucoup plus zen de Kudo prennent le nom de « cérémonie ». À l’ARC en 1979, il allume des baguettes d’encens, prie devant une cage à oiseau, manipule sept fils de couleur, tandis qu’une mousse artificielle dont il contrôle le débit menace de plonger la salle dans l’obscurité. Ses critiques à l’égard du Japon et de l’Occident ont perdu leur caractère agressif. L’artiste passe de la représentation de lui-même, en train de tricoter enfermé dans une cage à oiseau, à la manipulation et à l’encollage de fils colorés sur différentes formes. Les courts-circuits violents auxquels « l’objecteur » (9 ) Kudo avait habitué son public prennent désormais une autre forme : de même qu’il fait entendre simultanément un soutra et un chant grégorien à l’ARC en 1979, Kudo réunit une tête de mort, deux mains et phallus plus ou moins recouverts de fils colorés dans Survivance de l’avant-garde. Ses œuvres parlent de la mort et de la vanité de l’existence mais aussi des rapports entre l’Orient et l’Occident qu’il résume, par exemple, au Face à face de deux cylindres sur deux supports circulaires. Sur l’un, les fils colorés créent des arabesques discontinues tandis que, sur l’autre, les fils sont enroulés presque régulièrement. Par le truchement de ces « jeux de fils infinis avec le chromosome héréditaire –entre futur et passé », la métaphore biologique et sexuelle se poursuit tout en allant, semble-t-il, chercher ses sources du côté de la nouvelle cosmologie, avec notamment les thèmes des champs magnétiques et de l’énergie du vide (Axe magnétique et Axe vide).

Aux demandes d’explications, Kudo répondait parfois par des schémas mathématiques et des équations. Son œuvre peut être vue comme une réponse humaine, trop humaine, aux avancées de la science. Méfiant face aux technologies, il oscillait entre attraction et répulsion. Dans ses assemblages d’objets et ses confrontations autocritiques, il investissait violence, angoisse et désir. Kudo s’inscrit dans un vaste courant symbolique plus ou moins humoristique ou grinçant dans lequel on pourrait inclure, d’une extrémité à l’autre, « les machines célibataires » et les hideux mannequins clonés des frères Chapman. Dans les découvertes scientifiques de son époque, l’artiste projette des connotations érotiques ou sexuelles. Il s’agit toujours de choquer, de perturber, pour susciter une prise de conscience.

NOTES
(1) Tetsumi Kudo : portrait de l’artiste dans la crise, catalogue de l’exposition organisée par Alain Jouffroy à la galerie Beaubourg, 16 février-12 mars 1977. Les citations du présent article sont empruntées à l’entretien de l’artiste avec Ichiro Haryu ainsi qu’à l’interview de Kudo par lui-même. Ces textes furent reproduits dans Info Artitudes n° 15.
(2) Dans un article intitulé « Voir aujourd’hui les œuvres de Kudo », Didier Semin émet l’hypothèque que le pessimisme radical de Kudo touchant à la sexualité n’aurait pas été déplacé dans l’exposition L’hiver de l’amour qui se tint au Musée d’Art moderne de la ville de Paris en 1993. Voir le catalogue de l’exposition Kudo au Musée National d’Art d’Osaka, 6 octobre-29 novembre 1994, p. 122-123.
(3) Exposition collective organisée par Raymond Cordier et Jean-Jacques Lebel à la galerie Raymond Cordier du 27 novembre au 13 décembre.
(4) Au Japon, à la fin des années 1950, dans la mouvance de l’ « anti-art » et du groupe Gutaï, Kudo s’essaya à la peinture informelle et aux happenings picturaux. Il participa à d’importantes expositions à Tokyo avant de s’installer en France.
(5) Happening "Philosophy of impotence", présenté au studio de Boulogne en février 2003.
(6) Cette œuvre fut réalisée en 1997, pour la Documenta X de Kassel, en collaboration avec Rosemarie Trockel.
(7) Voir le communiqué de presse de « Face à face 1 », Michel Blazy / Tetsumi Kudo, Palais de Tokyo, 4 mars-11 avril 2004. Ce face à face présentait l’une des œuvres de la série Pollution-cultivation-nouvelle écologie et Un mur de poil carotte, Météorite, Spaghetti-Méduse de Michel Blazy.
(8) Voir l’entretien de l’artiste avec Ichiro Haryu, dans Tetsumi Kudo : portrait de l’artiste dans la crise, op. cit.
(9) En 1965, dans l’exposition Les Objecteurs qui eut lieu dans les galeries Larcade, Ranson et J., Alain Jouffroy avait réuni Kudo, Arman, Pommereulle, Jean-Pierre Raynaud et Spoerri.

LISTE DES PUBLICATIONS

Ouvrages de l'auteur et directions d'ouvrages :

Relâche, dernier coup d’éclat des Ballets suédois, Dijon, Les presses du réel, avril 2017.

Femmes, attitudes performatives, aux lisières de la performance et de la danse, actes du colloque international organisé à l’École nationale supérieure d’art de Nancy en novembre 2012, Dijon, Les presses du réel, octobre 2014.

Picabia avec Nietzsche : Lettres d'amour à Suzanne Romain (1944-1948), Dijon, Les presses du réel, 2010.

Francis Picabia, Écrits critiques, préface de Bernard Noël, édition établie par Carole Boulbès, Paris : Ed. Mémoire du livre, 2005.

Francis Picabia, Poèmes, préface de Bernard Noël, édition établie par Carole Boulbès, Paris : Ed. Mémoire du livre, 2002.

Picabia, le saint masqué : essai sur la peinture érotique de Francis Picabia, Paris : Ed. Jean-Michel Place, 1998.

Les écrits esthétiques de Francis Picabia : entre révolution et réaction (1907-1953), Thèse de doctorat d'art et de sciences de l'art de l'université de Paris I, 1993.

Ouvrages collectifs :

Ré-créa-tions. Les "1% artistiques" dans les collèges en Seine-Saint-Denis, Dijon, les presses du réel, 2016.

Latifa Laâbissi, Les presses du réel, Les laboratoires d’Aubervilliers, 2015.

L'art des années 2000 : Quelles émergences ?, PUP, 2012, actes du colloque organisé par Sylvie Coëllier et Jacques Amblard, université d’Aix-en-Provence, 2012.

L’Art de l’assemblage. Relectures. Actes du colloque organisé à l’INHA le 28 et 29 mars 2008, sous la direction de Stéphanie Jamet-Chavigny et Françoise Levaillant, Presses universitaires de Rennes, janvier 2011.

Rire avec les monstres : Caricature, étrangeté et fantasmagorie, actes du colloque organisé au musée des Beaux-Arts de Nancy, sous la direction de Sophie Harent et Martial Guédron, les 11 et 12 décembre 2009.

Les Bibliothèques d’artistes (XX-XXIe siècles), actes des journées d’études organisées en 2006 par Françoise Levaillant, Dario Gamboni, Jean-Roch Bouiller (dir.), à l’INHA et à la bibliothèque Kandinsky du Centre Georges Pompidou, Paris, Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 2010.

Nathalie Elemento, des sculptures pour de vrai, Ante prima, AAM éditions, Lézigno, juin 2008.

Nina Childress, tableaux, galerie Bernard Jordan, Semiose éditions, juin 2008.

Collection publique d’art contemporain du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, fonds départemental d’art contemporain, acquisitions 1998-2005, Seine-Saint-Denis, Conseil général, 2007.

Jan Kopp, Techniques Rappolder, Paris : Isthme éditions, 2005.

Les écrits d’artistes depuis 1940, actes du colloque international, Paris, Caen, 6-9 mars 2002, textes

réunis par Françoise Levaillant, Ed. IMEC, 2004.

Claude Closky, Hello and welcome, Coédition Centre d'art contemporain de Kerguéhennec, Bignan, Centre d'art Le Parvis, Ibos, 2004.

Art contemporain, un choix de 200 œuvres du Fonds national d’art contemporain (1985-1999), Ed. du Chêne, Hachette Livre, 2001.

Orlan, monographie multimédia de l’artiste, Paris : Ed. Jériko, septembre 2000.

Catalogues d’expositions

"Relâche et le music-hall"et "Peinture et poésie, les impudentes correspondances", in Francis Picabia, notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction, Kunsthaus de Zurich, 3 juin-25 septembre 2016 ; MoMA, New York, 20 novembre-19 mars 2017.

"Sans pareil : la revue Littérature", in Picabia, Man Ray et la revue Littérature, Centre Georges Pompidou, juillet 2014

"Deux pièces meublées, mode d’emploi", galerie municipale Jean Collet, Vitry-sur-Seine, mars 2014

"Berdaguer + Péjus, L’architecture comme espace possible pour l’imaginaire", Centre d’art contemporain de la synagogue de Delme, janvier 2013.

"Sébastien Gouju, Décrocher la lune, une entrée en matière", in Garden Party, Semiose éditions, juin 2011

"Les dadas de Morellet", in François Morellet, mes images, galerie art attitude, Musée départemental d’art Ancien et contemporain d’Epinal, 2011.

"Mehr licht, un vaisseau dans les ruines", in Catalogue de l’exposition L’un/foule, Cloître de la Psalette, 15 septembre-13 octobre 2007, Mode d’emploi, juin 2008.

"Surréaliste et merveilleux jusqu’à un certain point…", in Catalogue de l’exposition L’homme merveilleux, 3° volet, Château de Malbrouck, Manderen, mars 2008, p. 33-48.

"Anthony Freestone, de Gerald of Wales et David Livingstone à John Mc Lean", in Catalogue de l’exposition Paysages Mont-de-Marsan sculptures 2007, Musée de Mont-de-Marsan, octobre 2007

"Les chemins de traverse de Monique Frydman", in Catalogue de l’exposition Monique Frydman, la couleur tissée, Musée Matisse du Cateau, 4 mars- 4 juin 2006.

"Face au changement incessant des formes du monde", in Catalogue de l’exposition Frédérique Lucien, Angle art contemporain, 15 octobre 2005 - 6 février 2006.

"PAB & Picabia, de 291 à 591", in Autour de… Francis Picabia, in Cahiers des collections, Musée Bibliothèque Pierre-André Benoit, Alès, mai 2005, p.10-14.

"Portrait paradoxal de Claude Closky", in Catalogue L’œuvre en programme, CAPC-musée d’art contemporain de Bordeaux, Fage éditions, mars 2005, p.21-24.

"Petite leçon de flirt et d’antipeinture", in Catalogue Calmels Cohen, vente du 6 décembre 2004, p.36-41.

"Périls en la demeure, l’irruption de la maison dans le musée d’art contemporain", in Catalogue de l’exposition Le Paris des maisons, Objets trouvés, Coédition A. et G. Picard et Pavillon de l’Arsenal, Paris, mars 2004, p.225-234.

"Oui, monsieur, vous êtes poète, l'oiseau Pic", in Catalogue Francis Picabia, singulier idéal, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, Paris/Musées, 2002, p.109-111.

"Francis Picabia, monstres délicieux, la peinture, la critique, l'histoire", in Catalogue Cher Peintre…Lieber Maler… Dear Painter… : peintures figuratives depuis l'ultime Picabia, Paris, Ed du Centre Georges Pompidou ; Vienne, Kunsthalle Wien ; Francfort : Schim Kunsthalle Frankfurt, 2002, p. 29-32.

"Lieux communs", in Catalogue Premiers mouvements, fragiles correspondances, Le Plateau, Fonds régional d’art contemporain d’Ile-de-France, mars 2002, p.38-39.

"Christophe Vigouroux : le symptôme du détail", in Catalogue Christophe Vigouroux, Reims : Le Collège, FRAC Champagne-Ardenne, 1999, p.23-35.[fre/eng].

"Du temps de la peinture au défi", in Catalogue Eric Dalbis : Alchimies, Châtellerault : s.n., 1999, non paginé.

[Texte], in Catalogue Paysage d'artistes, Les Mesnuls : Fondation d'art contemporain Daniel et Florence Guerlain, 1999, p.6-7.

"Francis Picabia (1938-1949), os nus, as fotografias, a vida…", in Catalogue Francis Picabia : antologia, Lisbonne : Centro cultural de Bélem, 1997, p.59-69.[eng/por].

"Francis Picabia (1938-1949), the nudes, the photos, the life... ", in Catalogue Picabia, fleurs de chair, fleurs d’âme, Galerie Hauser & Wirth, Oktagon, Köln, 1997.

"Entretien avec Omer Uluç", in Catalogue Omer Uluç, Istanbul : Galerie Nev 1996, p.8-13.

"Picabia entre ombre et lumière : les écrits esthétiques entre 1925 et 1941", in Catalogue Picabia et la Côte d'Azur, Nice : Musée d'art moderne et d'art contemporain, 1991, p.32-36.

Articles de périodiques :

"La tentation d’un ermitage", interview d’Hervé Robbe, supplément d’Art press n° 415, « New settings, scène et arts plastiques », octobre 2014, p. 24-29

"Relâche, Nancy", in Art press, n° 409, mars 2014, p. 8-10.

"Biennale d’Anglet", in Art press n° 403, septembre 2013, p. 22.

"David Douard", in Art press n° 402, juillet-août 2013, p. 32.

"L’image papillon", in Art press n° 401, juin 2013, p. 14.

"Yue Minjun", in Art press n° 397, février 2013, p. 26.

"William Anastasi", in Art press n° 397, février 2013, p. 28.

"Ligeia, Photographie et danse", "Myriam Gourfink, danser sa créature", in Art press n° 391, juillet-août 2012, p. 81.

"Nathalie Elemento", in Art press, juin 2012, n° 390, p. 31.

"L'effet boomerang de la danse", in Art press, mai 2012, n° 389, p. 59-65.

"Pierre Dunoyer", in art press, avril 2012, n° 388, p. 27.

"Henrique Oliveira", in Art press, déc. 2011, n° 384, p. 33.

"Krijn de Koning", in Art press, oct. 2011, n° 382, p. 22.

"Frédérique Lucien", in Art press, n° 380, juillet-août 2011, p. 32.

"Cécile Bart", in Art press, n° 380, juillet-août 2011, p. 33.

"Le 56e salon d'art contemporain de Montrouge", in Art press, n° 380, juillet-août 2011, p. 29.

"Nina Childress", in Art press, n° 378, mai 2011, p. 28.

"Monique Frydman", in Art press, n° 378, mai 2011, p. 50-53.

"Ouverture du Mathaf", in Art press, n° 376, mars 2011, p. 20.

"Isa Genzken", in Art press, n° 376, mars 2011, p. 28.

"Felix Nussbaum", in Art press, n° 374, janvier 2011, p. 82.

"Julio Villani", Musée Zadkine, in Art press, n° 374, janvier 2011, p. 83-84.

"Les vigiles, les menteurs, les rêveurs", Plateau, Frac Ile de France, Paris, in Art press, n° 373, décembre 2010, p. 90.

"Bruno Perramant", in Art press, n° 373, décembre 2010, p. 91-92.

"Une forme pour toute action, Le Printemps de Toulouse", in Art press, n° 373, décembre 2010, p. 94.

"Fabrice Hyber, Pasteur’spirit", in Art press, n° 371, septembre 2010, p. 82-83.

"Rirkrit Tiravanija, in Art press, n° 370, juillet-août 2010, p. 84-85.

"Seconde main", in Art press, n° 368, juin 2010, p. 87-88.

"Joana Vasconcelos", in Art press, n° 368, juin 2010, p. 82-84.

"Charlotte Posenenske", in Art press, n° 367, mai 2010, p. 89-90.

"Marnie Weber", in Art press, n° 367, mai 2010, p. 83-84.

"Rétrospective Ben", in Art press, n° 367, mai 2010, p. 22-24.

"Sturtevant", in Art press, n° 366, avril 2010, p. 85-86.

"Alexandre Perigot", in Art press, n° 364, février 2010, p. 88.

"Ces années-là, les années Staudenmeyer", 25 ans de design en France", in Art press, n° 364, février 2010, p. 83-84.

"Jean-Jacques Lebel", interview de Jean-Jacques Lebel, Art press, n° 362, décembre 2009, p.16-19.

"Le nouveau festival", interview de Bernard Blistène, Art press, n° 361, novembre 2009, p. 32-37.

« Aller plus loin pour voir autre chose », interview de Xavier Veilhan, supplément d'Art press n° 359, "Xavier Veilhan Versailles", septembre 2009, p. 7-17.

"São Paulo, année de la France au Brésil", in Art press, n° 359, septembre 2009, p. 83-85.

"Waltercio Caldas", in Art press, n° 358, juillet-août 2009, p. 90-91.

"Mauricio Dias & Walter Riedweg", in Art press, n° 358, juillet-août 2009, p. 90-91.

"Brigitte Zieger", in Art press, n° 358, juillet-août 2009, p. 94.

"Giorgio de Chirico", in Art press, n° 355, avril 2009, p. 81-83.

"Ebbsfleet Landmark Project", in Art Press, n° 347, juillet-août 2008, p. 86-87.

"Marlène Mocquet", in Art Press, n° 346, juin 2008, p. 56-59.

"Paul Thek dans le contexte de l’art actuel", in Art Press, n° 344, mai 2008, p. 75-76

"Louise Bourgeois", in Art Press, n° 345, mai 2008, p. 89-90.

"Laurence Denimal, Claire Fontaine, Zoe Leonard, Tatiana Trouvé", in Art press n° 342, février 2008, p. 79-80.

"Richard Deacon", in Art press n° 341, janvier 2008, p. 84-85.

"Jean-Jacques Lebel", in Art press n° 335, juin 2007, p. 89-90.

"Alice Anderson", in Art press n° 334, mai 2007, p. 86-88.

"Wim Delvoye", in Art press n° 334, mai 2007, p. 80-81.

"Pierrick Sorin", in Art press n° 333, avril 2007, p. 85-86.

"Le nuage Magellan", in Art press n° 332, mars 2007, p. 84-85.

"Tetsumi Kudo", in Art press n° 331, février 2007, p. 32-38.

"Giulio Paolini", in Art press n° 331, février 2007, p. 84-85.

"Isabelle Lévénez", in Art press n° 330, janvier 2007, p. 80.

"Ugo Rondinone", in Art press n° 328, novembre 2006, p. 83-84.

"Keith Teyson", in Art press n° 327, octobre 2006, p.80-82.

"Dormir, rêver", in Art press n° 322, avril 2006, p.85-86.

"Agnès Thurnauer, peindre au moyen des mots", in Art press n° 320, février 2006, p.40-42.

"Brigitte Nahon", in Art press, n° 319, janvier 2006, p.78.

"Alexandre Perigot", in Art press, n° 319, janvier 2006, p.84.

"Biennale de Lyon", in Art press, n° 318, décembre 2005, p.81.

"Questions posées à Barthélémy Toguo", in Mudam, n°8, décembre 2005.

"Maja Bajevic", in Art press, n° 315, septembre 2005, p.85-86.

"David Saltiel", in Art press, n° 313, juin 2005, p.85-86.

"Gina Pane", in Art press, n° 312, mai 2005, p. 82-83.

"Ann Hamilton", in Art press, n° 312, mai 2005, p. 79-80.

"Esther Shalev-Gerz", in Art press, n° 312, mai 2005, p.87-88.

"Questions posées à Franz-W. Kaiser", in Mudam, n°7, décembre 2004.

"Bruno Perramant", in Art press n° 306, novembre 2004, p. 67-68.

"Christine Baker", in Art press n° 304, septembre 2004, p. 83-84.

"Koo Jeong-A", in Art press, n° 301, mai 2004, p. 80-81.

"Esprit", in Art Press, n° 300, avril 2004, p. 79-80.

"Gert Verhoeven", in Art Press, n° 300, avril 2004, p. 82-83.

"Questions posées à Eric Corne", in Mudam, n°6, décembre 2003.

"Sylvie Fanchon", in Art Press, n° 296, décembre 2003, p. 86-87.

"Claude Closky", in Art Press, n° 291, juin 2003, p. 80-81.

"Rosemarie Trockel", in Art Press, n° 290, mai 2003, p. 81-82.

"Questions posées à Bik Van der Pol", in Mudam, n°4, janvier 2003.

"Louise Bourgeois", in Art Press, n° 286, janvier 2003, p. 80-82.

"Le Palais de Tokyo, hybridation et mondialisation", in Rue Descartes n°37 « L’étranger dans la mondialité », revue du collège international de philosophie, Paris, P.U.F, septembre 2002, p. 98-103.

"Questions posées à Jean-Hubert Martin, L'hybridation culturelle, une autre histoire de l'art", in Rue Descartes n°37, revue du collège international de philosophie, Paris, P.U.F, septembre 2002, p.104-110.

"Capsules", in Mudam, n°2, mars 2002.

« Beauté ready made : imagerie féminine dans la publicité et l’art (1960-2000)", in Synesthésie, "Contemporaines, genre et représentation", n° 12, mars 2002.

"Dennis Oppenheim", in Art Press, n° 274, décembre 2001, p. 81-82.

"Raymond Hains", in Art Press, n° 272, octobre 2001, p. 79-80.

"Judith Benhamou-Huet, art business", in Art Press, n° 272, octobre 2001, p. 64.

"Jan Kopp", in Art Press, n° 270, juillet-août 2001, p. 81.

"Niele Toroni", in Art Press, n° 269, juin 2001, p. 84.

"Conversations après (bien après) Maniaco", in Mudam, n°1, juin 2001.

"Conversations après (bien après) Sarah Lucas", in Mudam, n°1, juin 2001.

"Ripostes : à l'ère de l'éclipse de l'œuvre d'art", in Art Press, n°268, mai 2001, p.34-40.

"Qu’est-ce qu’un livre d’art ? ", in Art Press, n°268, mai 2001, p.VI-XI.

"Bruit de fond", in Art Press, n°266, mars 2001, p. 81-82.

"Véronique Joumard", in Art Press, n°266, mars 2001, p. 86.

"Micha Ullman", in Art Press, n°265, février 2001, p. 81-82.

"Dominique Angel", in Art Press, n°265, février 2001, p. 83.

"Issue, group show", in Art Press, n°264, janvier 2001, p. 78-80.

"Arman", in Art Press, n°260, septembre 2000, p. 85.

"Lucas Samaras", in Art Press, n°259, juillet-aôut 2000, p. 81-82.

"Bertrand Lavier", in Art Press, n°259, juillet-aôut 2000, p. 80-81.

"Narrations arborescentes", in Art Press, n°254, février 2000, p.31-36.

"Marina Abramovic", in Art Press, n°253, janvier 2000, p.83-84.

"David Reed", in Art Press, n°251, nov.1999, p.83.

"Propice", in Art Press, n°251, nov.1999, p.88.

"L'équilibre mystérieux de la Compagnie foraine", in Art Press Spécial, Le cirque au delà du cercle, n°20, sept. 1999, p.43-45.

"Martine Aballéa", in Art Press, n°248, juillet 1999, p.75-76.

"Jeanne Silverthorne", in Art Press, n°247, juin 1999, p.74.

"Richard Ballard", in Art Press, n°246, mai 1999, p.89-90.

"Roger Ackling", , in Art Press, n°243, février 1999, p.76.

"Anne Brégeaut", in Art Press, n°243, février 1999, p.80.

"De l'incongruité au portrait cyberréaliste", in Art Press, n°240, nov.1998, p.31-36.

"Petit précis de sensorialité excentrique", in Synesthésies, "Les sens, du naturel à l'artificiel", n°7, sept.1998.

"Entre-fictions", "Erro", "Robert Indiana", in Art Press, n°238, sept.1998, p.IX, p.76, p.79.

"L'œil photographique d'August Strindberg", in Art Press, n°234, avril 1998, p.80-81.

"Des enfants résistants", in Cassandre, n°22, mars-avril 1998, p.19.

"Duchamp, le retour ?", in Cassandre, n°20, déc.1997-janvier 1998, p.16.

"Ross Bleckner", in Art Press, n°230, déc.1997, p.80.

"Florence Paradeis", in Art Press, n°229, nov.1997, p.69.

"Fernand Léger : overdose", "Chéri Samba", in Art Press, n°227, sept.1997, p.25, p.XII.

"Pérégrinations africaines", in Synesthésies, "Art : contexte collectif", n°5, juillet 1997.

"Jaume Plensa", in Art Press, n°225, juin 1997, p. X.

"Georges Adéagbo", in Art Press, n°224, mai 1997, p. IX.

"Ulrich Horndash", in Art Press, n°221, février 1997, p. XIII.

"Eric Dalbis", in Art Press, n°220, janvier 1997, p. X.

"Henri-François Imbert, aux frontières du bon sens", in Synesthésies, "Frontières", n°4, oct.1996.

"Sean Scully", in Art Press, n°219, déc.1996, p.16.

"Chimériques polymères", in Art Press, n°217, oct.1996, p. XI.

"Nahalie Elemento, enfant de Saturne", in Art Press, n°216, sept.1996, p.28-31.

"Gotthard Graubner", in Art Press, n°210, février 1996, p. XI.

"Pérégrinations en zone interdite, les réalismes de Picabia et Schwitters", in Art Press, Hors série n°16, Où est passée la peinture ?, oct.1995, p.77-80.

"Pascal Pinaud", in Art Press, n°205, sept.1995, p.82.

"Richard Kirk", in Art Press, n°204, juillet 1995, p.76.

"Jeanne Silverthorne", in Art Press, n°199, février 1995, p. IV-V.

"Derain", in Art Press, n°198, janvier 1995, p.22-23.

"Omer Uluç", in Art Press, n°198, janvier 1995, p.80.

"Picabia los Escritos estéticos entre 1925 y 1941", in Kalias, n°14, 2e semestre 1995, p.32-38.

"Portraits d'inconnus", in Art Press, n°191, mai 1994, p.79.

"Circuit-court", in Art Press, n°190, avril 1994, p.92.

"Tous à la Biennale", in Art Press, n°185, nov.1993, p.81.

"La loi d'accomodation chez les borgnes", in L'Armateur, n°8, oct.1993, p.23-25.

"Le gai savoir de Picabia", in Art Press, n°175, déc.1992, p.19-25.